La productivité naturelle des eaux

Rédigé par Aquideas Aucun commentaire
Classé dans : Environnement Mots clés : aucun

 

 

 

     Dans l’article « Réflexion sur la manière de gérer un biotope aquatique » (publié le 1er mars dernier), nous faisions référence aux conclusions observées par Léger-Huet, deux scientifiques-vulgarisateurs qui avaient établi quelques formules afin d’estimer le potentiel des eaux continentales ou eaux douces. A continuation, voici leur formulation :

 

Pour les eaux courantes, comme les ruisseaux et rivières :

 

K = B x L x k

 

K = la productivité kilométrique annuelle du cours d’eau (exprimé en Kg)

     B = le coefficient de capacité biogénique

     L = la largeur mouillée moyenne du cours d’eau (en mètres)

     k = le coefficient de productivité

 

Pour les étangs artificiels :

 

K = Na/10 x B x k

 

K = la productivité annuelle d'un étang (exprimé en Kg)

   Na = la superficie de l’étang (exprimée en ares c’est-à-dire par 100 m2)

     B = le coefficient de capacité biogénique

     k = le coefficient de productivité

 

Notes : B → 0 = eaux stériles

    I à III = eaux pauvres (en termes d’alimentation pour poissons)

  IV à VI = eaux moyennement valorisantes

 VII à IX = eaux riches

          X = eaux les plus riches

 

Les eaux pauvres en calcium ont moins de 8mg de CaO/L

Les eaux courantes à caractère rhéophile (courant rapide, torrents)

Les eaux limnophiles (eaux tranquilles, stagnantes, étangs)

 

k = k1 x k2 x k3 x k4 (en général : 1,0 < k < 16,0)

 

k1 = (température) = 0,0 pour 4°C

                                  = 0,5 pour 7°C

                                  = 1,0 pour ±10°C (cas de l’Europe occidentale tempérée)

                                  = 2,0 pour 16°C

                                  = 3,0 pour 22°C

                                  = 3,5 pour 25°C

                                  = 4,0 pour 28°C

 

k2 = alcalinité ou acidité de l’eau = 1,0 pour les eaux acides (pH < 7,0)

                                                          = 1,5 pour les eaux alcalines (pH > 7,0)

 

k3 = espèces de poissons = 1,0 pour les salmonidés (truites, saumons) et poissons d’eau froide

                                             = 1,5 pour une communauté mixte de poissons

                                             = 2,0 pour les cyprinidés (carpes) et poissons d’eau chaude

 

k4 (en fonction de l’âge des poissons en étangs artificiels) = 1,0 pour poissons de 6 mois et plus

                                                                                                       = 1,5 pour poissons de moins de 6 mois

 

Pour les étangs :

 

Productivité totale = productivité naturelle ← K= Na/10 x B x k

                                         +

                                       productivité due à la fumure ← 0-100 % de la productivité naturelle

                                         +

                                    productivité due à l’alimentation artificielle ← quantité d’aliments

                                                                        à distribuer = productivité due à l’alimentation artificielle x Qn

 

                                                      Qn étant le quotient nutritif ou ratio de conversion alimentaire :

 

                                            - dans le cas d’une alimentation naturelle à base de feuilles de végétaux terrestres et

                                              aquatiques, ce ratio est généralement évalué entre 1 à 15-20 (c’est-à-dire 15-20Kg

                                              d’aliment naturel pour obtenir 1Kg de poisson) ;

                                           - dans le cas d’une alimentation naturelle à base de végétaux comme le lupin, le soja,

                                             le maïs et les céréales, le ratio est évalué entre 1 à 4-6 (c’est-à-dire 4-6Kg d’aliment

                                             naturel pour obtenir 1Kg de poisson) ;

                                           - dans le cas d’une alimentation naturelle à base d’organismes benthiques, le ratio est

                                             évalué entre 1 à 5 (c’est-à-dire 5Kg d’aliment pour obtenir 1Kg de poisson) ;

                                           - mais dans le cas d’une alimentation additionnelle provenant de l’extérieur, comme des

                                             granulés, de la farine de poisson et des fruits de mer frais), le ratio monte de 1 à 1,5-3

                                             (c-à-d 1,5-3Kg d’aliment apporté pour obtenir 1Kg de poisson ; cela peut même être

                                             inférieur à 1,5Kg d’aliment, si ce dernier est encore plus efficace).

 

Mise en charge (nombre) =

                                          [ croissance escomptée ou productivité totale (en Kg) ]

                                                                                  /

                                                   [ croissance individuelle escomptée (en Kg) ]

                                                                                 +

                                                                             déchet

               (NOTE: nombre = en fait, TOTAL auquel il faudrait ajouter un % du total, consistant à des poissons NON-CONFORMES pour

                être mis sur le marché + la MORTALITE, cette dernière étant basée sur l'expérience)

 

Référence: Traité de pisciculture, Marcel Huet, éditions Ch. De Wyngaert, 1970

 

Quelle est le troisième caractère du mot bztmk ?

Fil RSS des commentaires de cet article