L’anguille (1)

Rédigé par Aquideas Aucun commentaire
Classé dans : Poisson Mots clés : aucun

Indroduction - caractéristiques

Anguilla sp. (famille des Anguillidae)

comme

Anguilla anguilla (Linnaeus, 1758) ou l’anguille européenne

Anguilla rostrada (Lesueur, 1817) ou l’anguille américaine

Anguilla marmorata (Quoy & Gaimard, 1824) ou l’anguille du Pacifique

Anguilla japonica (Temminck & Schlegel, 1846) ou l’anguille japonaise

Anguilla labiata (Peters, 1852) ou l’anguille tachetée africaine

     L’ anguille est un bien curieux poisson, mais actuellement elle nous empoisonne vraiment la vie ! C’est ainsi depuis quelques années et c’est la nature qui nous l’impose.

     La raison ? Lorsqu’elle est adulte, c’est une prédatrice redoutable. Cette année, nous avons un problème avec plusieurs étangs (claires plus profondes, pour les ostréiculteurs du coin). En effet, nous n’arrêtons pas d’en pêcher, parfois même des bien grosses ...qui nous prive d’une bonne partie des gambas mises dans nos bassins en mai. Et cela se traduit par une perte de rentrées qui peut atteindre des proportions importantes : plus elles les soumettent à leur instinct carnivore (surtout les crevettes juvéniles) et plus elles font du dommage. Plus grande, la gambas peut encore se défendre, mais elles doivent déjà atteindre une grosseur minimum ...plus grande que la bouche de l’anguille pour leurs faire valoir leurs armes de défense.

     Vous me direz pourquoi n’utilisez-vous pas des filtres à l’entrée de l’eau (de mer) dans vos étangs ? Sans cette barrière artificielle (que nous posons systématiquement à toutes nos arrivées d’eau), nous ne pourrions élever des gambas dans nos étangs. En effet, les estuaires foisonnent d’espèces « carnivores » prêtes à tout tenter pour survivre. Ainsi, sur la côte charentaise, nous pouvons observer toute une panoplie de poissons voraces, tels la daurade, le bar, l’esturgeon, la sole, le carrelet et bien d’autres encore. Mais les anguilles adorent s’infiltrer dans le dédale des bras de mer et canaux environnants qui leurs permettent de chasser plus efficacement. Lorsqu’il pleut abondamment, elles sont tellement voraces qu’elles sont capables de surmonter des obstacles de taille pour parvenir à leurs fins. Il arrive alors qu’elles sortent de l’eau pour parcourir parfois de longues distances dans l’herbe mouillée pour retrouver en amont leur chemin ou leur milieu aquatique favori. Elles peuvent donc contourner de petits barrages (pas les grands, comme les barrages hydroélectriques, où l’on aménage encore trop rarement des passes1 à poissons). A fortiori, nos belles voleuses sont parfaitement capables de monter sur les murs de nos étangs, les traverser et replonger dans un bassin qui semble bien chargé de crevettes ...et c’est le restaurant « saisonnier » assuré !!!

Une anguille se fraie le passage sur les bords d’un barrage insurmontable...

     D’autre part, lorsque vous faites la mise à sec annuelle des étangs, il est également très important que vous le fassiez correctement. Car si vous laissez ne fût-ce qu’une flaque d’eau dans la claire, l’anguille est parfaitement apte à se cacher dans la vase, d’y rester le temps qu’il faudra, sans s’alimenter, et de ressurgir lorsque le bassin se remplit à nouveau d’eau. Vous comprenez aisément qu’à ce moment, ce sera la catastrophe si vous y mettez des postlarves de crevette impériale ! C’est une des raisons pour lesquelles beaucoup tentent l’élevage de Penaeus japonicus (notre grande crevette marine subtropicale), mais beaucoup ne voient jamais le fruit de leur labeur au stockage...

     Toutefois, revenons à notre étrange « serpent » aquatique, qui n’a d’ailleurs rien à voir avec ce phylum de ressemblance2.

Voici quelques unes de ses caractéristiques

     Les plus anciens fossiles connus datent d'il y a 100 millions d'années, de l’ère secondaire, au mésozoïque supérieur. Ils ont été trouvés au Liban et dans le sud de la France, dans les sédiments de l'ancienne mer Mésogée, dans laquelle est probablement apparu l'ancêtre commun à toutes les anguilles.

     Les anguilles peuvent passer de l’eau douce à l’eau marine, et vice versa (comme les saumons), grâce à une adaptation physiologique unique : elle a la capacité de maintenir des changements plus élevés de salinité dans leurs reins afin de compenser le manque de salinité dans le sang.

 

     L’anguille d'Europe (Anguilla anguilla) possède un squelette osseux (elle appartient à la classe des ostéichtyens ou Osteichthyes). Grâce à sa peau bicolore, verte puis brune sur le dos et jaune pâle sur le ventre, l'anguille adulte se dissimule facilement dans la végétation aquatique et sur les fonds vaseux.

     Il est généralement difficile de déterminer l'âge des anguilles, car les écailles sont trop petites et difficiles à prélever sans dommage (car elles sont bien enfoncées dans la peau). On compte donc les stries d'arrêt de croissance hivernal (comme sur d’autres poissons ou les cernes d’un tronc qu’on vient d’abattre) qui marquent de petites pièces osseuses, appelées « otolithes », dans l'oreille interne du poisson. Mais cette dernière méthode n'est pas infaillible.

     Ce poisson osseux possède deux nageoires pectorales qui peuvent s’affiner (profil mieux adapté) pour le déplacement en mer. Il possède aussi une nageoire continue réunissant les nageoires dorsale, caudale et anale.

     La taille de l'anguille adulte varie fortement en fonction du sexe : les femelles argentées dépassent toujours 45 cm de long et 250 g (certaines peuvent peser plus d’1,5 Kg), tandis que les mâles atteignent rarement 40 cm et 150 g. Elles peuvent vivre bien au-delà d’une dizaine d’années.

     Poisson discret qui fuit la lumière, l'anguille est essentiellement active de nuit, mais elle peut l’être par temps couvert et orageux. Sa vision lui sert peu, car elle utilise beaucoup son odorat particulièrement développé pour localiser ses proies. Pour les saisir, elle possède de nombreuses petites dents coupantes.

     L’anguille possède une peau épaisse, très résistante, qui a une structure lui permettant d’assurer une respiration cutanée . Ainsi, elle peut encaisser de grandes variations physico-chimiques du milieu dans lequel elle se trouve (comme la température et la salinité) qui la rend très résistante hors de l'eau.

     C'est enfin un animal relativement solitaire à l’état adulte.

___________________________

1 Sorte de canaux-escaliers artificiels en bois ou béton, avec des paliers de repos qui permettent aux poissons de récupérer de l’effort fourni pour l’escalade ...car les poissons sont parfois de véritables acrobates !

2 Il y a effectivement des espèces aquatiques qui ressemblent aux anguilles (famille : Anguillidae), mais qui appartiennent à des familles différentes. Voici quelques exemples :

(1) les serpents de mer (Mystriophis/Ophisurus/Ophichthys sp.), famille des Ophichthidae ;

(2) l’anguille électrique (Electrophorus electricus), famille des Gymnotidae (en Amérique du Sud; l’adulte peut atteindre les 2 m/20 Kg et peut décharger entre 500-700 Volts pour 1-2 Ampères) ;

(3) la murène (Muraena helena) ou Murène Commune, famille des Muraenidae ;

(4) le congre (Conger conger) ou congre européen, famille des Congridae.

Quelle est le cinquième caractère du mot wsd97e ?

Fil RSS des commentaires de cet article