L’écrevisse (1): son expansion

Rédigé par Aquideas Aucun commentaire
Classé dans : Crustacé autre Mots clés : aucun

Procambarus clarkii

                       

 

Il y a trois familles d’écrevisses, deux dans l’hémisphère nord et une dans l’hémisphère sud :

     1. Première famille dans l’hémisphère nord, les Cambaridae qui vivent en Asie orientale et à l’est de l’Amérique du nord, plus précisément vers le sud à travers le Mexique.

     2. Deuxième famille dans l’hémisphère nord, les Astacidae qui vivent en Eurasie de l’ouest et au nord-ouest de l’Amérique du nord, principalement à l’ouest des Montagnes Rocheuses et dans la Colombie-Britannique, au Canada.

     3. Seule famille dans l’hémisphère sud, les Parastacidae qu’on trouve en Amérique du Sud, à Madagascar et en Australasie et qui se distinguent par l’absence de la première paire de pléopodes1.

Par contre, on ne trouve pas d’écrevisse indigène/originaire en Afrique.

L’étude de l’écrevisse est appelée astacologie, son élevage l’astaciculture.

Il y aurait près de 600 espèces d’écrevisse, mais ils sont particulièrement concentrés en trois points du globe : la Louisiana aux Etats-Unis d’Amérique, la République Populaire de Chine et l’Australie.

Aux USA, l’écrevisse rouge des marais en Louisiane (Procambarus clarkii) ne dépasse pas adulte 5,5-12 cm (moyenne : 7,5 cm) pour un poids moyen de 25 g (max. 35 g). Elle fait l’objet d’une utilisation intensive : dans les états du sud, elle fait même partie du menu journalier, consommé principalement en soupes. Mais son commerce est bien réel et ne se résume pas qu’au sud-est de ce grand pays : elle se commercialise pour atteindre une clientèle gastronome dans tous les états (US States). Malgré une portion minimum comestible (15 % en chair de son poids vivant2), son commerce atteignait en 2018 presque 76 000 TM (Tonnes Métriques ; en 2019, autour de 72 000 TM) pour une valeur de près de US$210 million, c’est-à-dire presque 200 millions d’euros.

 

Procambarus clarkii, le plus commercialisé dans le monde de toutes les écrevisses

Écrevisse épineux Cambarus spicatus qui vit dans les rivières aux USA et Canada

Aux USA, les écrevisses prennent les noms suivants :

Crayfish est ainsi appelé dans les états du Nord-Est ;

Crawfish est utilisé dans le jargon des états du Sud ;

L’écrevisse rouge des marais est également en usage en Louisiana ;

Crawdad est une appellation plus populaire depuis l’Ouest de la Virginie au

     Wyoming et le long de la Côte Ouest ;

Crodgers peut aussi désigner les écrevisses dans ces dernières régions ;

Mudbugs est également utilisé dans ces mêmes régions.

Le succès commercial de l’écrevisse en Louisiane a incité l’exportation de l’espèce dans plusieurs autres régions du monde. Malheureusement, les résultats n’ont pas toujours été au rendez-vous à cause de plusieurs facteurs. Parmi ceux-ci :

  • Plusieurs régions possèdent des systèmes d’irrigation sophistiqués dans lesquels l’écrevisse s’enfuit.

  • Beaucoup de trous/tunnels sont creusés par ces crustacés, endommageant ainsi bien des levées de terre, barrages et structures devant contrôler le niveau des eaux.

  • Procambarus clarkii est un vecteur intermédiaire de beaucoup de parasites helminthes pour les vertébrés, pouvant créer des problèmes supplémentaires/nouveaux pour la santé sur des aires où l’espèce s’était établie avec succès.

Par conséquent, avec de pareils effets néfastes, beaucoup de régions dans lesquelles l’écrevisse des marais avaient été introduites sont maintenant devenues des zone d’éradication de la même espèce !

Ainsi, en Afrique, des espèces importées se sont retrouvées sur des terrains peu propices à leur propre développement et sont devenues peu attractives.

En 1920, Procambarus clarkii a été entre autres introduit au Japon pour alimenter les grenouilles-taureaux (bullfrogs possédant de grandes et grosses pattes ...ce qui intéresse le commerce). Mais aujourd’hui, l’espèce n’attire plus pour une série de déboires et est devenue un animal de compagnie (aquarium) partout sur Honshu, l’île principale.

En 1929, ces écrevisses au Pays du Soleil Levant ont été exportées en République Démocratique de Chine. En 2001, les fermiers dans le comté de Qianjiang (province centrale-sud d’Hubei) initiaient un modèle de rotation entre la culture du riz et l’élevage d’écrevisses. Dix ans plus tard, la stratégie s’étendait à d’autres cultures, comme le lotus et en polycultures dans les étangs. Les écrevisses sont récoltés au moyen de long filets-pièges en avril-mai de chaque année. Plus récemment, ils devinrent des produits aquatiques particulièrement prisés dans les provinces longeant la rivière du Yangtzé. Progressivement, la période des récoltes a été associées à un nombre de festivités populaires.

Les écrevisses sont généralement servis soit avec une saveur "Mala", arôme combinant du poivre de Sichuan et du piment fort, soit entièrement à la vapeur pour être ensuite mangé avec une sauce préférée.

En 2019, la Chine en produisaient plus de 2 millions TM.

En Australie, une écrevisse gigantesque, appelée « yabby » (crawdad, mudbug) ou Cherax destructor, peut atteindre une longueur de 30 cm et peser 3,5 Kg ...voir plus. Elle sévit essentiellement en eaux douces, mais il paraîtrait qu’il y en aussi en eau salée en Inde et dans l’Antarctique (tout proche de l‘Australie). Elle présente une variété de couleurs et peut vivre une vingtaine d’années.

  

                                 Chérax destructor 

En Australie et Nouvelle Zélande, on désigne l’écrevisse par :

Chérax destructeur ...nom commun de l’écrevisse d’eau douce ;

Crayfish (ou Cray) ...se réfère généralement au homard épineux d’eau salée, du

     type Jasus qui est originaire de l’Océanie du sud ;

Yabby (Yabbies, au pluriel) ou Koura ...les deux appellations sont utilisés pour

     l’écrevisse d’eau douce, noms venant des langues Aborigène ou

    Māori respectivement.

Mais, les espèces sur ce continent sont grandement affectées par les changements climatiques.

______________________________________________

1 Pattes natatoires en-dessous de l’abdomen (appelé erronément la « queue »).

2 La portion comestible de nos crevettes impériales tourne autour de 55 %.

Quelle est le deuxième caractère du mot jc21h5 ?

Fil RSS des commentaires de cet article