AQUIDEAS

Huîtres & Crevettes

Le coin philosophique : François CHENG, un auteur profond

Rédigé par Aquideas Aucun commentaire

     Je l’ai découvert récemment lors d’une interview à la télévision. Cet écrivain cultivé, d’un âge respectable toujours parmi les nôtres, avançait alors des paroles qui nous avait directement captivés.

     Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il disait des choses basiques, fondamentales, pleines de bon-sens.

     Cela concernait l’essence même d’un savoir vivre et d’une raison pour profiter pleinement des moments de la vie. Ces bases élémentaires servent pour comprendre au quotidien les gens qui nous entourent.

     Chez cet homme discret, tous les éléments avancés sont une approche, des piliers, de notre société aussi bien dans le public que dans le privé. Écouter Monsieur Cheng1 est un réel plaisir et parmi sa bibliographie, l’auteur de cet article a particulièrement apprécié « L’éternité n’est pas de trop » ...texte majestueux d’un point de vue sentiments profonds.

     Parmi ses nombreuses citations, celle qui suit est une vérité qui s’applique malheureusement à des millions d’êtres sur notre planète. Un jour, il a dit :

« Nous n’ignorons pas cependant la triste réalité : une grande partie de l’humanité est privée de la possibilité de choisir son activité, et accepte un travail, seule fin de « gagner sa vie », situation qui engendre toutes sortes de souffrances et d’injustices. Car l’homme est ainsi réduit à son utilité technique, ce qui est pour lui une mutation. S’il a naturellement besoin de faire, ce n’est pas seulement au niveau d’une production matérielle et directement utile au plan social, c’est surtout dans la dimension de ce que les Grecs appelaient poïen, ce qui signifie « faire » au sens de la poïesis, la « création ». C’est par ce « faire » créatif, par le travail en vue d’une réalisation que l’homme donne un sens à sa vie, qu’il devient le « poète » de sa vie. Telle est sa vocation, ce à quoi il est appelé. »

     Pour pouvoir trouver sa propre voie, il faut effectivement souvent se trouver au moment propice du bon côté, dans une région plus favorisée, ...en un mot dans l’environnement qui se prête pour !

     Cependant, cela ne suffit pas. Il faut aussi pouvoir trouver la forme d’approcher la voie souhaitée, s’y tenir et utiliser tous les moyens pour l’incorporer. Enfin, il faut être indéniablement discipliné et fournir des efforts répétitifs pour atteindre la connaissance, puis l’excellence ...s’il est possible de l’atteindre même partiellement.

     Ceci n’est souvent pas une sinécure, trop souvent on l’ignore. Il faudra sauter plein d’obstacles, passer beaucoup d’épreuves, obtenir des acquis pertinents et vouloir toujours être meilleur dans ce vers quoi on souhaite tendre. De toute manière, même si la perfection n’est pas de ce monde, il faut toujours essayer d’être meilleur dans ce que l’on entreprend.

     Cette approche, nous l’avons très souvent expérimentée dans notre propre vie professionnelle. Parfois, cela faisait peur, car nous n’en connaissions pas l’aboutissement.

     Certains vous diront qu’il fallait avoir le goût du risque, osez, se lancer sans l’aide d’un guide ou d’un prédécesseur. Nous avons effectivement tenté beaucoup d’actions, car nous les trouvions intéressantes, surtout parce qu’elles pouvaient avoir un impact positif à long terme. Mais la vie est ainsi faite : qui ne risque pas, n’a rien ...ou alors vous êtes verni par la chance ! Bien entendu, celle-ci existe, mais ce n’est pas courant. Toutefois, il faut croire en sa bonne étoile ! C’est comme cela que beaucoup réussissent en dépit des épreuves.

     Lorsqu’on trouve sa voie, on résiste mieux aux difficultés qui peuvent se présenter. On fait aussi plus d’effort pour passer outre et on tente parfois l’impensable, voir l’impossible ...afin d’être meilleur dans son domaine de spécialisation.

     Lorsque nous, franco- et hispanophone, nous sommes engagés dans des études en pays anglophones, nous nous posions bien des questions. Allions-nous pouvoir y parvenir ? Et pourtant, nous sommes passés au travers ...et cela nous a rapporté d’être fluent in another language ...qui servira plus tard dans nos nombreux déplacements, tâches techniques et même sur nos points actuels de ventes avec la clientèle étrangère !

     Mais tout n’est pas rose, loin de là : vous traverserez des déserts, sans pouvoir vous raccrocher à votre propre orientation, mais vous aurez également des périodes de grand réconfort et de plénitude. Vous verrez alors qu’on commencera à reconnaître vos talents. Par la suite, vous éprouverez de la satisfaction d’avoir dominer ce que vous aurez acquis !

     Comprendre la raison d’être est par ailleurs le Graal des scientifiques et de beaucoup d’autres aussi.

     Vous constaterez alors que vous voudrez toujours en connaître un peu plus dans votre secteur… parce que vous êtes constamment attisé par la curiosité. C’est aussi cela devenir un spécialiste aux yeux des autres. Mais de grâce, restez humble, ne vous prenez pas la tête, sachez informer spontanément ...sans attendre de retour de la part de l’autre, de celui qui vous demande une explication.

     La sagesse vient avec le temps et celui-ci est bien nécessaire pour retenir beaucoup de choses.

________________________________

1Né en 1929, il a passé toute son enfance et adolescence dans la province de Shandong en République Populaire de Chine. A 19 ans il s’est rendu en France où il s’est dédié à la calligraphie (très importante en Chine), la poésie et la traduction. Il traduisait de la poésie du chinois au français et du français au chinois. En découvrant la mentalité européenne et l’environnement occidental, il a commencé à écrire en langue française des livres issus d’une réflexion sur la vie et d’histoires importées de son lieu d’origine. En 1998, un de ses livres (« Le dit de Tian-Yi » ; très belle histoire d’amitié dans un très dur contexte) a été salué par toute la critique et a été primé du prix Femina. En 2002, c’est toute son œuvre qui a été couronnée de succès et il a été élu à l’Académie Française.

Bien beau parcours ...comme vous pouvez le constater !

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot x7ael ?

Fil RSS des commentaires de cet article